#5 vision urbaine : L’âge d’or du mix musique/jeux vidéo

Vision Urbaine

Vision Urbaine

Si je dois regretter une chose pour les jeunes générations, c’est de ne pas avoir connu l’Eldorado de la musique dans le monde du gaming. Je pense rester objectif en disant que le niveau n’est plus le même. On parle ici de musique IRL incorporée au gaming et non des musiques d’ambiance sonore. La dernière réelle hype que j’ai ressentie dans ma vie de gamer (musicalement, je parle) c’était sur Need For Speed (2015), et un coup de couteau incroyable de EA games. Je n’oublierai jamais. La blessure me lance encore parfois les soirs d’hiver. Je vous explique, mais les vrais savent. Le trailer ci-dessous était le premier aperçu du (soi-disant) renouveau de la célèbre franchise. Un retour à la gloire d’antan. Un retour à Need For Speed Underground.

Tonight we are gonna set the street on fire… Mais Major Lazer, sans King Push, ni 2 Chainz

Bref, vous sentez la hype ? Ce côté street couplé à Night Riders de Major Lazer ? Tant de promesses. Il était évident que c’était un piège. Mais de bonne facture. Jour de la sortie, j’ai craqué. J’ai donné mon argent. J’ai démarré le jeu. Major Lazer est revenu me hyper trente secondes (le petit coup de vaseline) puis l’obscurité. De l’électro en pagaille. Pas de banger, rien. Je me revois essayer désespérément de trouver Night Riders, avant de lire sur internet que la chanson n’était pas in game… Trahison qui n’aurait jamais eu lieu avant 2010.

Les précurseurs

Si les jeux apparaissent dans mon esprit teintés de nostalgie, je ne suis pas le seul à qui cela fait cet effet. En même temps, entendre Tony Hawk Pro Skater, Dave Mirra Freestyle BMX, GTA San andreas, difficile qu’il en soit autrement. La meilleure introduction de FIFA est tout de même celle du 98. Jamais égalée. Bon, celle du Monde des bleus n’était pas mal non plus, pardonnez mon chauvinisme !

On ramène les souvenirs

Cependant, on doit rendre hommage au véritable jeu des playlists du bon son, j’ai nommé : Tony Hawk Pro Skater ! La première franchise a vraiment démocratiser l’idée de set in game. Alors sur le premier opus effectivement, la quantité n’est pas folle, mais il faut comprendre que pour l’époque c’est incroyable. La bande-son contribuait complètement à instaurer cette ambiance street punk/rock/hip-hop liée à la planche à roulettes. Bien sûr, d’autres jeux suivent. L’homme du Indy 900 s’impose comme étant l’expérience référence du skateboard dans le gaming sous la bannière de l’éditeur Activision. Dave Mirra suit très vite avec son Freestyle BMX. Bien plus tard, Shawn White sur PS2 aura son jeu Snowboarding. Le Wu Tang Clan sur la PlayStation première du nom sort son Shaolin Style. De la baston sure de l’instru sauce Wu Tang.

L’année de l’underground

2003 est une année de surprise. Def Jam Vendetta s’impose aisément. En même temps, se battre en tant que rappeur US pour la street cred, aucune chance de flirter avec l’échec, surtout à cette époque. Mais la véritable révolution arrive un peu plus tard cette année-là. D’abord un 27 octobre avec la sortie de l’excellent Tony Hawk Underground. Puis un 17 novembre, très exactement. La franchise Need For Speed peine un peu à revenir depuis quelques années quand la bombe est droppée. De quoi faire revenir NFS au statut référence du jeu de voiture mainstream sur console. Need For Speed Underground, avec probablement l’arrivée dans le main menu la plus aimée de l’histoire.

Tooooo The Wiiiiiiiindow ! To the wall !

Les ondes FM de Grand Theft Auto

Mais si l’on parle de ces jeux cultes, on ne peut pas passer à côté d’un monstre du genre. GTA. Je pourrais parler de ceux d’avant, mais mon focus est sur San Andreas (oui, choix personnel motivé par le cœur). Le jeu sur le retour de Carl Johnson à Los Santos offre une expérience inédite, composée de pas moins de 11 radios différentes, plus une custom si l’on était sur Xbox ou PC. Des playlists allant du Sound System, au rap, en passant par de la country, du rock ou encore de la pop. Certains noms de ses stations sont rentrés dans l’histoire. C’est le cas pour K-Jah West, K-Rose, Radio:X mais surtout Los Santos Radio ! Chacune d’entre elles comptait un peu plus d’une dizaine de tracks, sauf bien sûr West Coast Talk Radio qui tenait rôle de radio talkshow.

Les radios de San Andreas

Mais la grande force de San Andreas, c’était la cohérence des vibes de ses tracklists. La musique y était liée à l’époque qui racontait le jeu. La chanson la plus récente du jeu doit d’ailleurs dater de 1992. Avec côté hip-hop, une majorité de gangsta rap. Du Snoop, du Ice Cube, mais aussi des sons de la côte Est avec du Kool G Rap ou du Public Enemy. Bien sûr, GTA, avec ce standard ne pouvait plus réellement commettre d’impair. Surtout après, avec la digitalisation et la possibilité de mettre les playlists à jour à coup d’updates. Cela n’a pourtant pas été le cas du côté des brûleurs d’asphalte de NFS.

Le déclin NFS

Si à la suite d’Underground, Underground 2 et Most Wanted sont acclamés comme des grands succès par le public, la reconnaissance s’arrête là. EA n’a plus jamais été capable de produire un véritable jeu de qualité à hauteur de ses trois premiers opus orientés street racing. Jusqu’à l’incident de 2015. L’espoir. Mais l’espoir brisé par ce retour à la réalité. Les mauvais choix. NFS (2015) n’est pas un mauvais jeu. C’est peut-être l’un des moins pires en réalité. Mais les manquements au niveau de la recette du succès de Nfsu2 et MW, additionnés au mensonge assumé de la bande-son font que c’est un raté. Il paraît que le dernier n’est pas trop mauvais. Mais je ne saurai jamais.

Le basketball et la musique

Un autre monstre de la performance musicale que l’on ne peut occulter. NBA 2K. La référence en matière de balle orange peut se vanter de proposer chaque année des playlists variées, mais solides. En général, limitées au hip-hop et au rock, elles vont quand même du mainstream à de l’indé ou du moins connu. C’est ainsi que l’on a pu écouter du Travis Scott et du Mister V à la suite par exemple. La simulation de basketball optimise au maximum son expérience sonore. Logique quand on sait à quel point le sport est un show outre-Manche.

Pharrell, sélectionneur de l'équipe 2K Beat 2015

En 2015, Pharrell Williams était aux commandes de la sélection, par exemple. Pourtant, 2K5 revient de temps en temps lorsque l’on parle de la all time tracklist 2K. Et les 10, 11 et 12 sont largement favoris avec en seul vrai concurrent le 17 (mais qui est aussi considéré comme l’un des meilleurs de la franchise, si ce n’est le meilleur).

L’idée de faire un lien de cause à effet entre la prétendue régression du niveau musicale de notre époque et la difficulté à faire d’aussi bonnes playlists que par le passé dans le jeu vidéo est tentante, mais il est important de se rappeler que ce n’est peut-être ni mieux, ni moins bon, mais juste différent. Allez, je vous laisse avec cette perle. Vous avez le droit de demander des réponses à Adidas, parce que 22 ans plus tard, du côté de The Kyu, on ne comprend toujours pas.

Mention spéciale pour ceux qui sauront de quels jeux sont tirés les titres de la playlist ! On a essayé de ne pas faire de doublon avec la précédente !

Si tu partages, on t'aime fort
Jérémy aka
Le dernier WordBender, Father of Malkia et bien d'autres personnages. L'art est notre cadeau pour les générations futures.