The Final Ring : ça vaut le coup ?

Média

Le confinement a été l’occasion pour Netflix de sortir la docu-série en l’honneur de « your Airness » Mickael Jordan. Une superproduction en dix épisodes garnie d’interviews et de footages exclusifs. Du contenu de qualité pour une carrière de qualité.
Vu le succès de l’aventure, 23, 8 millions de spectateurs à l’international, tout de même, sur le premier mois (MJ23 oblige), difficile de ne pas imaginer un équivalent sur l’un des deux autres Goats. Lebron James étant toujours en activité, il était logique que le suivant soit Kobe. Clutchpoint, via son channel Clutchpoint Original a donc saisi l’occasion et révélé le premier épisode de « The Final ring : Kobe and the Lakers’ 2010 Title » en date en ce début de semaine. Un trailer alléchant, des promesses de témoignages des équipiers du défunt Black Mamba, ainsi que du contenu exclusif. Comment ne pas se sentir en joie ?
Une épopée sous la tutelle de Phil Jackson (oui, celui même de The last dance) racontée par Derek Fisher, ou encore Pau Gasol.

Mais que vaut réellement cette web-série en huit parties, disponible sur les Instagram, Facebook et YouTube channels du célèbre webzine sportif américain ?

L’épisode 1 feat Metta World Peace, Ron Artest, pour ceux n’ayant pas suivi le changement de blase, commence… Et première petite déception, on constate une durée d’une petite dizaine de minutes. Cela ne devrait pas me surprendre pourtant. C’est le format Clutchpoint Original, mais l’espoir était là.
Deuxième déception, la voix off. Avec un trailer, des annonces sur leurs différents médias, le public attendait quelque chose d’épique. Malheureusement, il semblerait que cela ne soit pas venu à l’idée de la direction artistique du projet de partir dans cette direction. Cela aurait tout aussi bien pu être la vidéo d’un youtubeur inconnu. Cela aurait peut-être été mieux, d’ailleurs.
Troisième déception. Là où « The last dance » proposait de véritables entrevues avec des joueurs, ainsi que des membres exécutifs, The final ring nous donne… Des appels téléphoniques à la qualité douteuse. Le passage de Ron Artest est digne d’une discussion par webcams interposées.

De notre côté, nous avons peiné à venir bout de ces pauvres dix petites minutes. Il suffit de regarder les commentaires de la vidéo YouTube pour comprendre que notre désarroi est grandement partagé. Facilement, les interrogations tournent autour de la durée de l’épisode et de son manque de qualité. La comparaison avec le documentaire brandé Jordan vient asséner le coup de massue.

Comprendre par cela que la critique ne vise en rien le quintuple champion NBA, mais simplement l’amateurisme proposé par l’équipe Clutchpoint Original. Comme beaucoup de viewers, The Kyuju’s attendra donc patiemment un prochain documentaire ESPN par exemple, dans l’espoir que, cette fois, la mémoire du mythique #8/#24 soit respectée. Pour ce qui est de « The Final ring », c’est un no go.

Si tu partages, on t'aime fort
Jérémy aka
Le dernier WordBender, Father of Malkia et bien d'autres personnages. L'art est notre cadeau pour les générations futures.