Mushoku tensei, la grande surprise en 2020 !

Média

Mushoku Tensei

Mushoku Tensei, c’est quoi ?
À l’heure où les isekai poussent partout comme des orties, une nouvelle surprise est apparue en début d’exercice ! Mais avant ça, revenons sur le principe d’isekai.

Les isekai sont ces manga/anime traitant de la vie dans un nouveau monde, généralement en parallèle du notre. Cela marche en général par invocation, connexion à des jeux vidéo ou simplement la réincarnation.

Si beaucoup se sont fait leur place, il faut surtout remercier Sword Art Online pour avoir mis les feux des projecteurs sur le genre, même si on dénote aujourd’hui d’autres fer-de-lance, tels Tensei shitara slime datta Ken, Log horizon ou encore Tate no yuusha no nariagari. Et pour la petite histoire, Mushoku Tensei version papier est le manga qui a lancé le trend des isekai ! (Malheureusement, ils n’ont pas tous sa qualité).

Mushoku Tensei

Alors dans un univers en constante expansion, pourquoi s’arrêter sur l’un d’entre eux ?

Parce que Mushoku Tensei, c’est propre.

D’une part, le sujet est bien traité et d’autre part, on est pas sur de l’anime de série B en mercredi soir. Graphiquement, c’est qua-li !

C’est le studio d’animation Bind qui était en charge de cette première partie. Vous ne connaissez pas ? C’est normal ! Le studio avait bossé uniquement sur les deux derniers épisodes de karakuri circus (une surprise mitigée disponible sur prime vidéo). Mais pas de panique. Bind est une filiale de White fox depuis 2018 cocréée avec Egg firm. White fox, c’est les excellents Katanagatari ou Hataraku maou-Sama, Steins:Gate ou encore Akame ga kill, Re-Zero et Goblin Slayer, donc quand même des grosses claques. Quant à egg firm, c’est SAO aternative : GGO et Alicization, ainsi que le film Ordinal Scale qui va avec, tout comme celui de Accel World (Les deux univers de Reki Kawahara se croisent d’ailleurs)

Si vous n’êtes pas à jour, vous devriez peut-être le faire avant de continuer.

Mushoku Tensei
Les bonnes idées de Rudeus

Il m’arrive souvent de me dire que si je recommençais la vie avec mon savoir actuel, je vivrais minimum les 20 premières années en deus Ex. Cheat code incroyable. Et c’est la que Mushoku tensei se différencie des autres. Dans la plupart des œuvres, les personnages principaux embrassent assez facilement leurs nouvelles vies, en y amenant leurs problèmes perso.

C’est la même chose dans Mushoku, sauf que l’on parle de vrais problèmes perso. Pas de ma sœur est en fait ma cousine, mais du coup elle m’aime donc c’est bizarre. On parle de trauma, d’infidélité, mais aussi de racisme et de discrimination et tout ça dans une qualité visuelle rare. Mushoku Tensei n’est pas un Log Horizon ou un truc du genre. C’était un main event plein de promesses ! La seconde partie doit arriver cet été.

Au niveau des personnages, pas de surprise, on est dans un animé de type harem, encore que Rudeus n’est pas entouré de femmes placées pour du ecchi 100 % du temps ! La majorité des personnages présentés sont des personnages féminins dans l’univers de Rudeus et de son père, j’ai surnommé le « Génie » Paul. La première partie de la saison 1 nous permet de voir le développement de Rudeus, entre son ancienne vie, sa prise de conscience dans son nouveau monde et sa croissance. Pour un personnage adulte réincarné dans le corps d’un nouveau-né, on peut d’ailleurs constater que la majorité de sa maturité lui vient durant sa nouvelle vie.

L’accent est beaucoup mis là-dessus. Et sur l’idée de seconde chance. Il est plus simple de faire les choses bien quand on sait. Je dirais même plus, si on laissait une seconde chance scolaire aux gens bien des années plus tard, ne feraient-ils pas mieux que la première fois ?

Mushoku Tensei
Paul, Timalerie since “avant tout le monde”

Dans les isekai, il est souvent question de magie et de skills, calqué sur l’univers gaming, et Mushoku ne fait pas exception. Car quelque part, c’est un peu le rêve. Qui n’a jamais imaginé pouvoir faire de la magie ?

Si de prime abord, le scénario paraissait tranquille, c’était sans compter sur la bande-annonce qui annonçait justement de la tape. Parce que Mushoku, ce n’est pas tout rose, ça se castagne un peu. Et quand c’est le cas, c’est joli. Et à côté, on aborde des thématiques plus matures, liées à la politique, aux liens familiaux complexes. A jobless reincarnation touche vraiment a des sujets intéressants et de manière pertinente !

Mention spéciale pour Ghislaine, ton statut d’épéiste royale n’est pas usurpé !

Ghislaine !
Kakashi, Gojo Satoru, to Ghislaine ! Les gens du regard intense
(Les petits pervers, on sait ce que vous attendiez comme photo d’elle !)

En tout cas, on attend cet été avec impatience pour voir la suite des aventures de Rudeus !

Si tu partages, on t'aime fort
Jérémy aka
Le dernier WordBender, Father of Malkia et bien d'autres personnages. L'art est notre cadeau pour les générations futures.

Jérémy Musoki